Le Yin Yoga et bien plus encore avec Anne-Gaëlle Guillot

yin yoga

WPT: Bonjour Anne-Gaelle! Tout d’abord, peux-tu te présenter, s’il te plaît? Qui es-tu et que fais tu dans la vie?

Je m’appelle Anne-Gaëlle Guillot, niçoise d’origine et parisienne d’adoption depuis 2003. J’ai eu plusieurs vies avant de trouver un métier dans lequel je puisse vraiment m’épanouir. Depuis 2012, je suis professeur de yoga certifiée et je donne des cours en studio, privé et en entreprise à Paris et en région parisienne (95). Je suis également praticienne de Reiki, de soins énergétiques et de massages abhyanga (ayurvédiques).

Qu’est-ce qui t’a amené à pratiquer le yoga initialement?

Comme beaucoup de personnes qui sont arrivées à la pratique de yoga, j’étais à la recherche d’un équilibre dans ma vie. Je faisais un travail que j’aimais beaucoup mais dans un contexte difficile et où l’humain ne trouvait plus sa place. J’avais besoin d’un sens à mon activité, d’être utile pour me lever tous les matins et me coucher tous les soirs avec le sourire et cette petite étincelle au fond des yeux.

Au hasard de mes recherches sur Internet, je suis tombée sur des vidéos de yoga. Plus je pratiquais, mieux je me sentais et plus je m’écoutais et me comprenais. Comme je suis très curieuse, j’ai creusé le sujet, j’ai commencé à lire des livres sur les asanas (postures) mais aussi sur la philosophie, les pranayamas etc. et en parallèle j’ai suivi des cours en studio, des ateliers et des stages pour finalement trouver mes professeurs.

Tu te spécialises notamment dans le yin yoga, peux-tu nous expliquer ce qu’est cette pratique exactement?

Je ne suis pas spécialisée spécifiquement en yin yoga. J’ai tout naturellement débuté mon enseignement par ce que je préférais (et que je connaissais donc le mieux) : le vinyasa et le hatha yoga. Cela permet de partager mon expérience, mon vécu avec mes élèves, de leur communiquer ma passion et mon ressenti. J’ai découvert le yin yoga quelques mois plus tard lors d’un atelier à Paris et j’ai immédiatement compris que le yin yoga complétait parfaitement mes 2 autres pratiques. J’enseigne donc ces 3 pratiques aujourd’hui.

D’un point de vue du corps, les parties sollicitées en vinyasa et en hatha yoga sont principalement la peau, les muscles et le cœur (surtout en vinyasa qui est un yoga dynamique). A l’opposé, le yin yoga permet de solliciter les tissus appelés profonds (tendons, ligaments, fascia…) en maintenant les postures plus longtemps. Ces postures étant adaptées (elles sont au sol et nous utilisons les bolsters, briques etc.) les muscles sont relâchés et le mental se délie au fil du temps.

Mais si les deux pratiques demandent souplesse (du corps et de l’esprit) et endurance, ce sont 2 pratiques différentes apportant chacune leur défi : l’une de se dépasser dans le mouvement et la seconde dans l’immobilité, mais toujours avec conscience.

Qu’est-ce qui te plaît dans le yin yoga et que tu ne retrouves pas dans les autres types de yoga?

Yin YogaQuelque soit le type de yoga, ils ont tous en commun la respiration. La respiration est à la fois un indicateur (de tension lorsqu’il devient irrégulier par exemple) et un outil de concentration. Ce qui est propre au yin yoga est l’immobilité dans une posture pendant plusieurs minutes. Et cette immobilité nous amène au plus près de soi, dans un espace d’honnêteté et de lâcher prise pour se dépasser. Mais l’inverse est également vrai : le vinyasa amène au même résultat mais par le mouvement.

Ce que j’aime dans ces pratiques, c’est qu’elles se complètent et apportent tout ce dont l’on a besoin. Certains jours où j’ai besoin de m’ancrer et de me retrouver et de ralentir je ne pratique que le yin yoga avec de la méditation. D’autres jours où j’ai besoin d’énergie et de vitalité, je pratique le vinyasa avec des pranayamas. Le plus souvent, je les mixe au quotidien.

Le yin yoga s’adresse t-il aussi aux débutants?

Toutes les pratiques de yoga s’adressent à tout le monde. La seule précaution est de vérifier le « niveau » du cours (qui est un indicateur de temps de pratique personnelle et non de niveau personnel) et de se renseigner auprès de votre professeur.

Comment décrirais-tu ton style d’enseignement?

Mon profil « yin et yang » me permet de m’adapter. Je suis principalement à l’écoute des élèves pour les guider : je les observe lorsqu’ils s’installent, lorsque l’on pratique les premières postures et j’adapte la série que j’avais préparée si j’en ressens le besoin. Je prépare également toujours mes séries, thèmes et playlists musicales pour que chaque cours soit unique.

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui souhaite se lancer dans le yoga?

Il n’y a pas besoin de beaucoup de chose pour débuter une pratique : un tapis et une tenue confortable suffisent. Je demande toujours à mes élèves d’acheter leur tapis surtout s’ils pratiquent régulièrement. Pour deux raisons : avoir un tapis chez soi permet de développer une pratique personnelle et pour des raisons d’hygiène.

Ensuite, il faut essayer plusieurs types de yoga et différents professeurs pour trouver à la fois le style qui vous correspond et le professeur qui vous donne envie de pratiquer et de suivre votre pratique.

Et enfin d’écouter les consignes de votre professeur comme s’il s’adressait toujours à vous directement que vous soyez 5, 10 ou 30 dans la salle !

Il y a-t-il des personnes qui t’ont influencé dans ta vie de yogini et pourquoi?

Bien sûr ! Il y a mes professeurs : Biff Mithoefer, Patrick Frapeau, Cécile Roubaud et Sri Venudas. Puis il y a toutes les rencontres qui se font au fur et à mesure que j’avance sur le chemin et qui m’inspirent à continuer, à me renouveler et à avancer.

Et des livres?

Je lis beaucoup (trop ?) ! Une liste non-exhaustive de livres qui m’ont marqué : « The War of Art » de Steven Pressfield, « Le héros aux mille et un visages » de Joseph Campbell, « Siddhartha » de Hermann Hesse, “Le livre des coïncidences” et “Le corps quantique – Le fabuleux pouvoir de guérison de votre esprit ” de Deepak Chopra, « Nawa Yogini Tantra » de Swami Satyananda Saraswati, “Femmes qui courent avec les loups” de Clarissa Pinkola Estés, les livres de Pema Chödrön (dernièrement, j’ai relu « Conseils d’une amie pour des temps difficiles »), Cyndi Dale, Osho, Marek Halter, Judith Anodea et Leslie Kaminoff. Star Wars, l’ensemble des romans de l’univers.

Un petit mot pour la fin, as-tu des projets actuellement sur lesquels tu travailles et dont tu souhaiterais parler?

Je m’occupe du site du Festival de yoga de Val d’Isère où j’animerais cette année encore des ateliers et des conférences avec une super équipe. J’accompagne toujours Biff Mithoefer sur sa communication web et l’organisation de certains de ses évènements.

Dernièrement, en plus de mes cours au Centre de Yoga du Marais et à Yoga Village, je développe des cours yin yoga et des cours yang yoga au Tigre Yoga Club. Je me sens très privilégiée de pouvoir guider les participants sur ces deux aspects en parallèle ! Je vais également y animer un atelier intitulé « Le yin et le yang de la danse du dragon », une pratique merveilleuse, le dimanche 8 mars.

Je travaille aussi avec Charlotte Saint Jean (Yoga Chez Moi) sur la mise en place de cours de yoga que nous co-enseignerons à l’hôpital de la Salpêtrière au service de rhumatologie à partir du printemps.

Les projets se déroulent au fil du temps et c’est pour cela que j’ai mis en place ma page Facebook et une newsletter via mon site internet.

 

PARTAGER SUR
Wellness pour tous est un webmagazine qui a pour but de promouvoir un style de vie basé sur le bien-être et l’épanouissement.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE